LA FILIÈRE du loisir culturel

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DU LOISIR MUNICIPAL

La programmation

La programmation

C’est à partir d’une vision, traduite en termes tangibles par l’acteur en loisir culturel par le biais d’une programmation, que l’on intervient de manière plus durable sur son territoire et que l’on établit une relation entre les publics et le loisir culturel.

Bâtir sa programmation

La programmation inclut les événements, mais aussi les activités récurrentes à plus long terme.

L’un des principaux défis que doit relever l’acteur du loisir culturel est de présenter une programmation qui à la fois se renouvelle, et est variée, mais aussi adaptée au milieu et favorisant l’engagement.

Des idées

Vision

La programmation reflète une vision. La recherche sur les impacts sociaux des arts, et particulièrement en ce qui a trait aux arts en amateur, est bien documentée. Le loisir culturel contribuerait non seulement à la qualité de vie et à la santé des citoyens, mais favoriserait également leur participation et leur engagement envers la culture, plus largement. Et pour les plus pragmatiques, le loisir culturel peut aussi se faire moteur économique. C’est cet ensemble de caractéristiques qui composent la valeur ajoutée du loisir culturel. C’est d’ailleurs pourquoi les arts amateurs sont inclus dans les grandes orientations du développement durable dictées par l’Agenda 21 de la Culture au Québec.

Médiation culturelle

La médiation culturelle est à l’activité ce que la vision est à la programmation : elle donne sens à l’action et la fonde. Elle occupe une place de premier plan dans les orientations des grands acteurs culturels québécois ainsi qu’en sciences sociales. Elle consiste en un travail de mise en relation d’une personne avec une pratique ou un objet culturel. Par exemple, avec une œuvre, un processus de création, ou encore un art et son histoire. En institution, elle se traduit par diverses mesures de vulgarisation et d’éducation des publics, alors qu’au sens plus large, le lieu d’apprentissage qu’elle constitue permet également de tisser des liens entre différentes personnes et différents groupes sociaux. Apprendre à une personne à dessiner, c’est bien. Éveiller sa curiosité quant au sens de l’image et à l’histoire de l’art, c’est mieux. Et lui apprendre à échanger sur ces sujets, puis à s’autonomiser dans son apprentissage, encore mieux!

 

Des outils

#Secteur culturel – Le document «La culture à Montréal : chiffres, tendances et pratiques innovantes» (2015), par la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain :

http://ccmmdev.com/pdf/CCMM_etude_culture_FR.pdf

#Développement culturel durable, #Politique de la culture – L’Agenda 21 de la Culture au Québec, issu d’une concertation nationale :

http://www.agenda21c.gouv.qc.ca/agenda21-de-la-culture-du-quebec/

#Publics de la culture, #Impacts des arts – Sur les pratiques culturelles des jeunes Montréalais, incluant une section rétrospective sur les impacts sociaux des arts, le rapport de recherche de Christian Poirier (2012) de l’Institut national de recherche scientifique :

http://www.ucs.inrs.ca/actualites/nouvelle-etude-sur-la-participation-des-jeunes-aux-arts-et-a-la-culture

#Innovation – Les nouvelles tendances en pratique artistique amateur, par le Service de la culture de Montréal :

Nouvelles tendances en pratique artistique amateur automne 2015

#Médiation culturelle – Le portail sur la médiation culturelle de la Ville de Montréal. Beaucoup d’information pertinente, ici, ainsi que de nombreux exemples de projets :

http://montreal.mediationculturelle.org/quest-ce-que-la-mediation-culturelle/

 

La programmation : « Partagez vos idées de programmation, vos bons coups, et vos moins bons, dans la Filière. »

Voir les pratiques inspirantes